LA PENTECOTE  LILLOISE DE P & H

 

           

 

            Dans la série des manifestations organisées en commémoration du centenaire du diocèse de Lille (1913-2013), celui-ci a fait procéder à l’édification d’un « Village de la Fraternité ». Les associations relevant de la Maison de l’Apostolat des Laïcs ont été invitées à y participer, chacune occupant un stand matérialisé par une tente.

            La délégation lilloise s’est jointe à l’événement qui s’est déroulé les après-midi des 18 et 19 mai de 14 à 18 heures. Jean-Marie et moi, accompagnés dimanche par Annie et Pascal, avons représenté Police & Humanisme.

             La réaction du public passant devant notre stand, passait de la surprise à l’intérêt soutenu ; nous avons perçu beaucoup de compréhension et entendu quelques mots d’encouragement.

             Sur les deux jours, quarante-six personnes se sont arrêtées pour discuter avec nous, soit de notre activité, soit des questions déontologiques y afférant. Nous avons répondu aux questions posées, en expliquant à nos interlocuteurs que notre métier peut – et doit – s’exercer avec humanité, tant à la lumière de notre foi que dans le respect le plus rigoureux de la laïcité.

             Par ailleurs, trente-six exemplaires du Veilleur ont trouvé preneur. Par ordre décroissant d’intérêt du public, ont été emportés les :

- n° 145 : le jubilé de Police et Humanisme (8) ;

- n° 150 : l’espérance qui est en nous (7) ;

- n° 146 : une police en mutation, vers quoi ? (5) ;

- n° 136 : gardien de la paix, plus qu’un métier (4) ;

- n° 141 : l’étranger (4) ;

- n° 147 : le policier et la responsabilité (4) ;

- n° 148 : dans l’élan de Vatican II (2) ;

- n° 137 : le policier et le discernement  (1) ;

- n° 142 : le policier et l’évangile (1).

             Je garde le souvenir de deux après-midi de rencontre et de témoignage, sous un ciel clément et bienveillant. J’y ai renoué contact avec un « ancien » et appris le chemin spirituel d’un jeune de mes connaissances.

             Il fallait participer à cet événement, comme l’ont fait toutes les autres associations relevant de la Maison de l’Apostolat des Laïcs et ce fut l’occasion de contacts fraternels. Quant au bilan de notre témoignage, disons avec l’Ecclésiaste : « L’un sème, l’autre récolte. »

                                                                                   Alexandre  G H A N E M