Les Policiers, des « Barbares » ?

 

 Les Policiers, des « Barbares » ?

 

 Mardi 24 septembre Jean-Luc Mélenchon lors d’un dialogue avec des manifestants à Paris a traité les policiers de « barbares ». Il ne s’est pas excusé depuis et a même maintenu ses propos.

Cette qualification est grave et elle invective les 150.000 membres des forces de police en France sans aucune distinction.

Revenons un instant sur le mot « barbare » : dans le sens courant il désigne des personnes « rustres, impitoyables et inhumaines » !

Jean-Luc Mélenchon considère ainsi que les policiers sont une catégorie de personnes non « civilisées », dont la brutalité et la violence « innée » ne permet pas de les considérer comme des « êtres humains » à part entière !

Je reconnais qu’il existe des « bavures », des dérapages, des réactions d’exaspération, des réactions disproportionnées ou manquants de professionnalisme lorsque ces policiers subissent des violences extrêmes de la part de manifestants, lorsque leur vie est mise en danger, lorsqu’ils sont confrontés à la haine, lorsque des manifestants leur en veulent « à mort » et les invitent à se suicider !

Je suis l’aumônier catholique de la communauté chrétienne des policiers « Police et Humanisme ».

Je viens témoigner ici que la plupart des policiers sont des époux, des épouses, des pères et mères de famille et qu’ils n’ont pas de leçons d’humanité à recevoir. Ils exercent, pour la plupart, leur métier avec sérieux et même avec passion – c’est-à dire avec humanité !.

Aujourd’hui, ils doivent faire face au terrorisme, aux trafics de toutes sortes dans les quartiers, à la crise des gilets jaunes. Ils sont confrontés chaque jour à la mort et aux fractures de notre société !

Ils sont sollicités durant leurs heures de repos ou même durant leurs congés. La fatigue et même l’extrême fatigue est leur quotidien. Leur vie de famille est mise à rude épreuve.

Ils sont – la plupart du temps – le dernier rempart de l’état de droit sans lequel nous sombrons dans l’anarchie et la loi de la jungle.

Nous leur devons la solidarité, le respect et la confiance, ce qui n’interdit pas la vigilance !

 

Denis CHAUTARD

Prêtre de la Mission de France

Aumônier catholique à la Préfecture de Police de Paris