Dimanche 3 juin

EX 24, 3-8 et HE 9, 11-15 et Marc 14, 12-16, 22-26

Corps et Sang du Christ  -  Année  B  -  2018

 

Cette année, les textes de ce dimanche du Corps et du Sang du Christ sont plus centrés sur le Sang. Le sang, dans les religions anciennes avait une grande importance et les Hébreux en avait tiré trois conséquences : l’interdiction alimentaire du sang, l’interdiction du meurtre qui fait couler le sang, mais par contre le sang servait dans les cultes et les sacrifices.

Jésus s’inscrit dans cette tradition, mais comme à chaque fois, il reprend cette tradition à son compte en la faisant évoluer.

Bien sur, il est pour l’interdiction de tuer, mais il va s’offrir lui-même en victime et ce sera lui qui sera tué et qui va verser son sang.

Le sang des bêtes sacrifiées qui était répandu sur la foule pour marquer la réconciliation entre Dieu et les hommes devient le sang de Jésus versé pour le rachat des péchés.

Enfin, Jésus dépasse cette interdiction alimentaire du sang le soir de la Pâque, en prenant la coupe de vin et en disant : Ceci est mon sang versé pour vous, prenez et buvez-en tous.

Dimanche dernier pour la fête de la Sainte Trinité, nous avons vu le passage de l’Ancien au Nouveau Testament, par la révélation faite par Jésus de la paternité de Dieu.

Aujourd’hui en cette fête du Corps et du Sang du Christ, nous voyons la même évolution dans le passage de l’Ancienne à la Nouvelle Alliance.

L’Ancienne Alliance était comme un contrat passé entre Dieu et les hommes : « Si vous faites ce que je dis, je serai avec vous » disait Dieu. Et cette Alliance reposait sur la Loi.

La Nouvelle Alliance, qui est fondée en Jésus, est basée sur l’Amour. Il ne s’agit plus d’obéir, il s’agit d’aimer. C’est parfois plus difficile que de suivre des prescriptions, mais combien plus valorisant et appelant.

Dans l’Ancienne Alliance, le sang des bêtes était le signe de cette Alliance. Dans la Nouvelle Alliance, le sang de Jésus est à la fois le fondement et la preuve de cette Nouvelle Alliance, car il a été versé par amour. 

Cette « Alliance Nouvelle et Eternelle », pour reprendre les mots de la consécration, non seulement nous la commémorons à l’eucharistie, mais nous la célébrons, c’est-à-dire que nous la faisons exister pour en nourrir nos vies. Et nos vies alors ne peuvent plus être les mêmes, car chacun, chacune, en venant communier, nous sommes alors - nous pourrions dire - intégrés au Corps du Christ.

C’est en tant que membre du Corps du Christ, que nous sommes envoyés en mission là où nous vivons, pour bâtir ce Royaume de Justice et de Paix, jusqu'à ce que le monde entier ne fasse plus qu’un dans le Corps du Christ en sa totalité. Voilà le fondement et le sens profond de toute vie chrétienne et ce que nous essayons de vivre dans notre Communauté chrétienne des policiers de France.

Père Noël Choux