Dimanche 20 octobre

29ème dimanche

 

« Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Voilà une question des plus insolubles que pose Jésus. De quelle foi s’agit-il ici ? D’une vague croyance au fait que Dieu puisse exister ? D’une certitude que sa Parole touche et atteint les cœurs aujourd’hui encore, et que de ce fait je crois en ce Dieu vivant et agissant en ce monde ? D’aucuns diront qu’il y a autant de fois sur terre qu’il y a d’êtres humains. Après tout, ne dit-on pas que l’homme est libre de croire et que l’objet de sa foi ne regarde personne ?

Dans l’interrogation suscitée par Jésus, la question ne porte pas tant sur la foi des hommes en Dieu, mais davantage peut-être sur la foi que Dieu met en l’homme.

Dieu, Père créateur du monde et de toute la création, pourrait-il croire en l’homme, en tant qu’il puisse être capable du meilleur et agir pour le bien ? Les nouvelles quotidiennes ont de quoi nous effrayer : conflits en tout genre, guerres, égoïsme ou repli sur soi porteraient à croire que l’homme de 2019 conduit sa vie loin de Dieu. Les événements d’il y a 15 jours à Paris nous incitent au pessimisme. Et pourtant, à l’approche de la fête de la Toussaint, nous pouvons déjà contempler toutes ces bonnes œuvres qui élèvent l’homme, révélées dans l’exemple et le témoignage de nos amis les saints. Une attention au plus pauvre, un sourire pour celui qui gît sous les ponts dans la fraicheur automnale, un pardon vécu en famille : l’œuvre du bien se poursuit…

Peut-être, le Christ pourra-t-il dire de chacun de nous : je crois en l’homme, capable du meilleur !

P. Thomas Schmitt