A propos de l’Evangile du dimanche 28 juillet 2019

 

 

— LE PRIANT : « Notre Père, qui es aux cieux » … 
— DIEU : Oui ?

(silence, LE PRIANT est étonné)

— LE PRIANT : Qu’est-ce-que c’est ? 
— DIEU : Tu m’as appelé 
— LE PRIANT : Ah ! Non ! Je ne t’ai pas appelé. Je prie … « Notre Père qui es aux cieux » … 
— DIEU : Là … Tu l’as encore fait … 
— LE PRIANT : Mais qu’est-ce-que j’ai fait ? 
— DIEU : Tu m’as appelé et tu as dit : "Notre Père". Me voici, à quoi penses-tu ? 
— LE PRIANT : Oh ! A rien, je… A rien du tout, je prie. Je ne fais rien de mal non ? 
— DIEU : Non, continue ta prière… 
— LE PRIANT : … « Que ton nom soit sanctifié » … 
— DIEU : Que veux-tu dire par là ? 
— LE PRIANT : Eh bien, je veux dire que … Je ne sais pas ce que je veux dire, je … Cela fait juste partie de la prière, c’est tout. 
— DIEU : Mon nom est différent des autres noms. Mon nom est Yahvé, "je-suis", cela ne te dit rien ? 
— LE PRIANT : Si, je n’y avais jamais vraiment pensé avant … « Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». 
— DIEU : Que fais-tu pour que mon règne vienne ? 
— LE PRIANT : (s’énervant). Ce que je fais, moi ? Mais rien du tout ! Demande donc aux autres plutôt. D’ailleurs il me semble que ce ne serait pas plus mal si tu venais diriger toutes choses ici-bas comme tu les diriges là-haut ! 
— DIEU : Est-ce que je dirige ta vie ? Alors, que fais-tu ? 
— LE PRIANT : Eh bien … Je vais à l’Église, à Noël, à Pâques, etc … Enfin j’y vais quoi ! 
— DIEU : Tu sais, mon règne a déjà commencé … Mon Royaume appartient à ceux qui suivent les traces de mon Fils : es-tu sûr de marcher dans ses pas ? 
— LE PRIANT : Écoute Seigneur, je suis aussi bon que toutes ces personnes qui vont à l’Eglise tous les dimanches matin. 
— DIEU : Comment veux-tu que ma volonté soit faite, si ceux qui la demandent ne commencent pas par l’accomplir ? 
— LE PRIANT : Oh, je sais, j’ai des problèmes, je ne suis pas un saint ! 
— DIEU : Moi aussi je sais … 
— LE PRIANT : Tu sais ? Alors tu sais peut-être aussi que j’aimerais me débarrasser de toutes ces vieilles histoires qui m’empêchent d’être vraiment libre ! 
— DIEU : Bien ! Mais avançons : nous allons travailler ensemble, toi et moi, et voir des victoires. 
— LE PRIANT : Ah ! non !… Ce soir ça va beaucoup trop loin, et cela prend beaucoup trop de temps … « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour » 
— DIEU : Me fais-tu confiance pour le pain ? 
— LE PRIANT : Oui. 
— DIEU : Prier est un acte dangereux, tu pourrais finir par être changé, tu sais. Mais tu n’as pas fini ta prière, continue … Eh bien, continue ! 
— LE PRIANT : Je ne peux pas ! 
— DIEU : Tu as peur ? 
— LE PRIANT : Je sais ce que tu vas me dire. 
— DIEU : Ah oui ? Et quoi donc ? 
— LE PRIANT : « Pardonne-nous nos offenses… comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » 
— DIEU : Tu penses à Arthur ? 
— LE PRIANT : (énervé) Et voilà ! Je le savais… tu allais me parler de lui, mais Seigneur, il m’a fait beaucoup trop de mal, tu comprends ? Et moi j’ai juré de me venger … 
— DIEU : Et ta prière ? 
— LE PRIANT : Ca ? C’est une question d’habitude, c’est tout … 
— DIEU : Au moins tu es franc. Mais ce n’est pas facile de porter la haine en soi, n’est-ce pas ? 
— LE PRIANT : Non, non, ce n’est pas facile. Mais je vais te dire, une fois que je me serai vengé, j’irai beaucoup mieux ! 
— DIEU : Cela n’ira pas mieux, au contraire. Tu es déjà tellement triste … Je peux changer tout cela. 
— LE PRIANT : Toi ? Tu peux ? Et comment ? 
— DIEU : Pardonne à Arthur comme un jour moi je t’ai pardonné. 
— LE PRIANT : Non Seigneur, je ne peux pas pardonner à Arthur, vraiment, je ne peux pas ! 
— DIEU : Que disais-tu dans ta prière ?

Nous voyons LE PRIANT réfléchir et finalement abandonner.

— LE PRIANT : Je vais essayer de pardonner, mais tu pourrais peut-être essayer d’aller lui parler à lui aussi. Je ne sais pas s’il te prie chaque soir ! 
— DIEU : Ce n’est pas ce qui m’arrête … Continue ta prière … 
— LE PRIANT : « Ne nous lasse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal » 
— DIEU : C’est ce que je vais faire, mais toi éloigne-toi du mal, et apprends à vivre dans mon amour. 
— LE PRIANT : « Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire » … 
— DIEU : Que la grâce et la paix t’accompagnent 
— LE PRIANT : « Amen »

Denis Chautard d’après une source anonyme