15ème dimanche

14 juillet 2019

 

« Et qui est mon prochain ? » Elle semble terrible la question de ce docteur de la loi qui interpelle Jésus. A travers l’évocation du Bon Samaritain, la question initiale est retournée par Jésus lui-même. Il n’est plus question de se demander si l’homme blessé et laissé pour mort doit être considéré comme notre prochain, il faut se demander qui est le prochain de l’homme blessé. Jésus nous invite donc à être le prochain de ceux qui sont dans le besoin.

Comment ne pas penser à ce pauvre homme, Vincent Lambert, autour duquel se déchaînent les passions et se déchire sa famille, ‘condamné à mourir’ sous prétexte que sa vie ne vaudrait plus rien ?

Ils sont bien nombreux, ces anonymes de pareille condition, abandonnés et relégués à n’être plus considérés comme des hommes, comme des êtres humains appelés à la vie par le Dieu-créateur.

Qu’est-ce donc que la valeur d’une vie ? Tient-elle à sa capacité de rendement et de productivité ? Se résume-t-elle à l’efficience du corps, ce qui condamnerait toutes les personnes souffrant de quelque handicap ?

Ces jours derniers, le pape François écrivait qu’une société est humaine si elle protège la vie, chaque vie. La vie, nous la recevons, nous n’en sommes pas les maîtres.

Pour qu’elle soit toujours respectée et protégée, osons la défendre en toute circonstance. Comme y invitait le Seigneur face à Moïse au désert : ‘choisis donc la vie’ !

 

P. Thomas Schmitt