dimanche 26 -05-19

6ème dimanche de Pâques

Jean 14, 23-29

 

c est ma paix que je vous donne dit jesus - Recherche Skytopic

                                                                                        

                                                                                     

C’est le dernier soir, juste avant la Passion : l’heure est grave. On devine l’angoisse des derniers moments. A plusieurs reprises, Jésus a dit à ses disciples des paroles d’apaisement. Lui-même ici est serein. Il leur annonce son départ. Il leur ouvre son testament. Héritiers, il leur sera donné l’Esprit et ils comprendront toutes choses. Dès maintenant Il leur donne sa paix.

L’Ascension et la Pentecôte paraissent très prochains. Les disciples ont-ils pu comprendre ? Souvent nous pensons qu’ils ont eu bien de la chance de demeurer avec Jésus. Ils l’ont entendu parler, ils l’ont vu… Pourtant eux aussi ont eu du mal à croire, à comprendre ce que Jésus leur annonçait, sinon lorsqu’ils ne l’ont plus vu avec leurs yeux de chair. Alors Jésus n’était plus avec eux, mais chez eux, en eux.

Vraiment nous n’avons rien à leur envier, comme eux, nous avons reçu le don de l’Esprit ; en nous habitent le Père et le Fils, nous sommes la demeure de Dieu.

Que nous manquerait-il encore ? déjà il nous est donné concrètement de saisir que paix intérieure et cohérence de nos comportements sont signes qu’en nous volonté et actions sont adhésion aux dons reçus de notre Hôte : nous sommes le Temple saint où il réside ! De cette habitation en nous, on voit surgir une histoire réconciliée et la capacité d’aimer, désirer, partager. Des témoins de cet amour du frère, sont là, capables de donner leur vie pour d’autres, ou discrètement, en tenaces sentinelles de béatitudes désirées ou déjà vécues.

Notons dans cet Evangile d’aujourd’hui la place que Saint Jean fait aux verbes demeurer et garder. Ils expriment la volonté de se situer dans une durée longue. Garder c’est durer dans l’action ; demeurer c’est durer dans l’être. Si Dieu est Celui qui dure, c’est le Dieu fidèle. Il veut habiter en nous et c’est pour toujours. Que pourrions-nous espérer de plus ?

 

Alors nous, dans notre mission pélerine d’Evangile, saurons nous L’écouter, répondre à ses appels par nos engagements, aujourd’hui même, en citoyens ?

 

 

Raymonde Janin