dimanche 27 janvier 2019

(Ne 8,2-4a ; 5-6 ; 8-10 / Ps 18 / Co 12,12-30 / Lc 1,1-4 ; 4,14-21)

3ème dimanche du temps ordinaire

 Appelés à être prophète - [Sacerdoce commun des baptisés ...

 

            Tout policier sait bien combien la parole est précieuse, comment elle peut faire basculer une intervention, un interrogatoire. Car les mots ont une importance, et lorsque c’est un membre des forces de l’ordre qui les profère, elles prennent de suite une gravité particulière, un sérieux qui peut avoir des conséquences.

 

            Alors la Parole de Dieu !

 

            De la solennité avec laquelle elle est lue par le prêtre Esdras – bien similaire à l’Evangile lu par le  prêtre ou le diacre durant nos messes – à Jésus lui-même, tout homme et tout Dieu, Verbe qui s’est fait chair, la Parole nous touche, nous transporte, nous bouleverse et nous met en chemin. Elle ne peut nous laisser insensible, elle ne peut que nous faire lever et aller vers nos frères. La Parole est vie. La Parole, pour autant que nous la traitions en compagne de tous les jours, que grande soit notre familiarité avec elle (il faut pour cela lui être fidèle, autant qu’elle nous est fidèle), est un vecteur de notre bonheur.

 

            Jésus n’a-t-il pas dit à Nazareth que sa présence est accomplissement de ce passage du Livre d’Isaïe où il est écrit que, oint par Dieu, Messie, il « porte la Bonne Nouvelle aux pauvres, annonce aux captifs leur libération et aux aveugles qu’ils retrouvent la vue, et remet en liberté les opprimés » ? Et Jésus n’est-il pas avec nous « jusqu’à la fin du monde » ? Alors suivons-le, faisons nôtres ses préceptes, laissons-nous envelopper de sa Parole, vivons d’elle à chaque instant de notre existence, configurons-nous au Verbe, et les Béatitudes seront accomplies : nous serons des pauvres en esprit, des affligés, des doux, des affamés et assoiffés de justice, des miséricordieux, des cœurs purs, des artisans de paix et des persécutés pour la justice, et notre récompense sera grande : le Royaume des cieux sera à nous, nous serons consolés, nous posséderons la terre, nous serons rassasiés, nous obtiendrons miséricorde, nous verrons Dieu, nous serons appelés fils de Dieu, et nous serons dans la joie et l’allégresse.

 

            N’ayons pas peur de la Parole, qu’elle soit notre trésor le plus précieux, en son écrin qu’est notre cœur.

                                                                                 

Laurent Szymczak

Trente et unième dimanche ordinaire, année B - Eglise ...