Ste Trinité - 26 mai 2013                                                  

Jn 16, 12-15

« La Sainte Trinité »… Voilà sans doute une des vérités de foi les plus difficiles à appréhender ! Nous arrivons un peu à imaginer le Père, même si l’image du « vieillard à barbe blanche » est tout à fait illusoire. Mais parce qu’il est « Père », sans aucune comparaison possible avec le meilleur des pères humains, on peut se faire une petite idée de lui.

Le Fils, de par son incarnation, nous est plus proche, plus accessible. Nous lui prêtons volontiers un visage et des sentiments proches des nôtres. C’est sans doute lui que nous prions le plus facilement pour rejoindre le Père.

Mais l’Esprit Saint… comment se le représenter ? L’Ecriture lui donne des apparences sensibles comme le vent, le feu, la colombe… Mais l’image la plus belle est sans conteste celle que donne St Bernard dans un de ses sermons. Pour lui, l’Esprit Saint est ce « baiser d’amour » que s’échangent le Père et le Fils. L’amour parfait qui unit le Père et le Fils engendre cette force d’amour qui vient « embraser » et guider notre monde.

Un seul Dieu en trois Personnes distinctes, intimement unies mais non fusionnelles, voilà qui peut nous donner le vertige, tant cette réalité échappe à notre compréhension humaine. Et pourtant, peut-on aimer, comment peut-on donner la vie si on est solitaire ? C’est bien un Dieu trinitaire qui a créé le monde « avec sagesse et par amour » comme nous le rappelle la prière eucharistique.

Par le baptême et par la confirmation, rappel de la Pentecôte que nous venons de fêter, le Père et le Fils donnent en plénitude leur Esprit qui est inscrit naturellement dans le cœur de chaque homme et de chaque femme. C’est bien l’Esprit, nous dit St Jean, qui nous révèle cet « amour fou » du Père et du Fils pour chacun de nous et qui nous invite, en retour, à aimer nos frères comme nous-mêmes.

Paul Bagarre