Imprimer 

Jean 6, 51 - 58

20ème dimanche ordinaire - Année B

 

Nous sommes toujours dans le chapitre de 6 de l’Evangile de Saint Jean qui ponctue nos dimanches d’août. Chapitre qui commence avec la multiplication des pains, puis qui continue avec, ce que nous appelons « le discours sur le Pain de Vie », dont est tiré l’Evangile d’aujourd’hui. Et la lecture du chapitre 6 se terminera dimanche prochain.  La lecture de ce chapitre 6 n’est pas facile, mais c’est un bon chapitre à lire et à relire pour mieux comprendre et approfondir la place de l’eucharistie dans nos vies.

Saint Jean, à la différence de Mathieu, Marc et Luc, ne raconte pas l’institution eucharistique par Jésus le soir du Jeudi-Saint. Il raconte le lavement des pieds. Mais c’est dans ce chapitre 6, qu’il donne le sens de l’eucharistie, dans ce grand discours - méditation sur le Pain de Vie.

Après avoir nourri la foule, Jésus explique qu’il est lui, la nourriture qui apporte non seulement la vie sur terre, mais la vie éternelle.

Je vous propose comme angle de lecture du texte, le partage.

. Tout a commencé par le partage de 5 pains et de 2 poissons. Si l’enfant n’avait pas partagé son bien, rien ne se serait passé.

. Partager le pain, ce n’est pas seulement se nourrir. Partager le pain, c’est prendre le temps de partager un moment ensemble, c’est parler, c’est échanger, c’est communiquer. C’est être en communion ensemble.

. C’est parce qu’il y a eu partage effectif du pain que Jésus peut donner le sens de l’Eucharistie : le partage eucharistique donne sens à tout ce qui a été ébauché dans nos partages quotidiens. Le partage eucharistique éclaire, stimule, récapitule, donne sens à nos vies. C’est le signe de l’offertoire, où à travers le pain et le vin, nous apportons nos vies pour qu’à travers elles Jésus vienne et qu’il leur donne leur plein sens, leur vrai sens.

. Mais le partage eucharistique nous questionne aussi en retour sur la manière dont nous partageons dans nos vies. Il n’y a pas de partage eucharistique sans partage préalable. Ce pain que nous apportons, l’avons-nous partagé ?

Je pense à nos familles, où c’est une question et souvent une souffrance de ne pas pouvoir partager avec tous les membres le pain qui pour nous est le pain de la vie. Mais raison de plus pour partager avec eux le pain quotidien et avec lui l’affection et les liens forts qui nous unissent.

Je pense à notre communauté, où, comme dans chaque communauté, il y en a toujours qui traversent à certaines périodes des moments plus difficiles. Que partageons-nous avec eux ?

Je pense aussi à vos collègues policiers, malmenés dans l’exercice de leur profession. Ils attendent sûrement des moments de partage.

Ce n’est pas facile de partager. Mais Jésus nous a montré le chemin en venant partager notre humanité.

Si vous avez encore du temps pendant ces vacances, essayez de relire ce chapitre 6. 

Et cela peut faire un bon thème de récollection en délégation.

 

                                                           Père Noël CHOUX