Dimanche 29 juillet 2018

17ème dimanche du temps ordinaire

 

Déjà l’ancien testament nous habituait à la prodigalité infinie de Dieu ; avec le prophète Elie qui rencontre  la veuve de Sarepta, avec le prophète Elisée et l’homme de Baal-Shalisa avec Moïse et son peuple perdu qui reçoit la manne.

Ayez confiance et laissez-vous convertir, Dieu fera le reste.

La foule de notre humanité a besoin de pain comme celle qui entoure Jésus.

Ce petit gamin qui donne ce qu’il a va être le déclencheur d’un immense partage.

Comment garder son sac de pique-nique pour soi à côté des voisins qui n’ont rien après ce qu’on vient d’entendre de la bouche même de Jésus.

Voilà le cri de nos prophètes contemporains et particulièrement de notre Pape François.

Si le monde ne partage pas ses richesses, et n’est pas attentif aux détresses des plus pauvres, il reste un monde sans Dieu.

Jésus annonce l’Eucharistie, à profusion, il annonce un monde imprégné de Dieu et de sa Bonne Nouvelle.

Malgré ce don d’amour permanent, quoi que nous recevions et acceptions, il y en aura encore et encore. De quoi remplir tous nos propres paniers

On ne peut pas garder pour soi un tel trésor, nous avons à évangéliser notre monde et  évangéliser autour de nous ; c’est là que l’herbe du désert devient verte et qu’on peut s’y asseoir avec confiance.

Saint Paul qui s’adresse aux Ephésiens ne fait que confirmer les paroles de Jésus ; aimez-vous les uns les autres, gardez l’unité dans l’Esprit, partagez, soyez frères en Dieu et Père.

Philippe Dangin