Méditation du dimanche 15 avril 2018

3ème dimanche de la Pâque

 

C’est bien lui !

Il est bien difficile pour nous d’imaginer comment les disciples ont vu Jésus et ont pu partager avec lui ce moment d’intimité privilégiée.

Rien de tonitruant dans la résurrection du Christ, comme on peut le voir souvent dans les œuvres des peintres et des sculpteurs.  Jésus, baigné d’une  lumière éclatante sort de son tombeau, glorieux et puissant.

Quand il apparait à Marie-Madeleine, c’est en toute discrétion, et presque « timidement »  qu’il se fait reconnaitre.

En se joignant aux pèlerins d’Emmaüs il écoute d’abord, petit à petit prend part à la conversation et ouvre leur intelligence aux écritures ; il se révèle par la fraction du pain puis disparait.

Les apôtres et leurs compagnons parlent de Jésus, et là il leur apparait ; ils sont quelques-uns réunis et Jésus est déjà au milieu d’eux ; aussi leur donne-t-il Sa Paix avant de s’affirmer encore une fois comme le Messie, le Christ vivant.

La preuve qu’il est bien vivant, il partage leur repas, il demande à ce qu’on le touche.

Aussitôt il leur enseigne  que celui que les écritures annonçaient, c’est bien lui, le Messie, le Christ.

Pierre l’atteste dans la première lecture. Il invective ceux qui ont fait mettre à mort Jésus, mais déclare  le Christ universel, pour le monde.

Jean confirme dans la seconde lecture la place de Jésus-Christ, auprès du Père. C’est par lui que nous allons vers le Père.

C’est bien lui que le monde attendait et que le monde a rejeté.

Malgré tout, inlassablement, Jésus s’annonce à nous, discrètement dans le fond de notre âme pour petit à petit nous entrainer à le reconnaitre et à l’aimer.

Laissons-nous pénétrer par Sa Parole, et laissons-nous évangéliser ; vivons pleinement la résurrection permanente du Christ en nous.

 

Philippe