Dimanche 5 novembre 2017

31ème dimanche

Matthieu 23, 1-12

 

 

                        A la lecture de l’Evangile de ce jour, on croit reconnaître tel ou tel que nous connaissons, que nous appelons Maître, Présidente, Directeur, Père…  N’oublions pas que peut-être nous sommes dans cette liste ! car l’ambition plus ou moins consciente de notre vie est de faire « carrière », plutôt que de « servir », au point que notre pape « Serviteur des serviteurs » a rappelé au clergé de ne pas se tromper de but.

 

                          Jésus dénonce ceux qui disent et ne font pas, il reproche aux pharisiens de n’attacher de l’importance qu’à l’apparence mais d’être au fond d’eux-mêmes menteurs et hypocrites. On pouvait dire de Jésus « il dit et il fait ». c’est cela qui le rendait crédible, qui donnait envie de le suivre, qui faisait courir les foules à sa rencontre.

 

                        Le Maître a pris la condition de serviteur jusqu’à sa fin. Il a été le « serviteur souffrant » qu’Isaie annonçait. Le témoignage qu’il a donné a fait que les disciples ont mis leurs pas dans les siens, devenant à leur tour serviteurs. Il a dit « prenez la place du serviteur », mais surtout on l’a vu prendre cette place. C’est parce qu’il aime, pardonne et s’abandonne, qu’un paien a compris « Vraiment cet homme était le Fils de Dieu ».

 

                            Quand à nous , nous savons d’expérience qu’une charge est plus service qu’honneur et les plus « savants » savent dire « je ne sais pas ». Comment être chrétien sinon par l’humilité ?