Dimanche 5 avril 2015

Dimanche de Pâques année B                                                                                 

Mc 16, 1-7

 

 

 

« Il vous précède en Galilée »

 

En ce matin de Pâques, Jésus nous ouvre en grand les portes du Royaume des Cieux. Vainqueur de cette mort qui gardait l’homme « captif », il nous introduit à la Vie, celle que le Père, dans son amour infini, a voulue pour tous ses enfants.

Mais ce n’est pas parce que la porte des Cieux est ouverte, que nous pouvons y entrer définitivement dès à présent. Jésus ne nous donne pas un rendez-vous immédiat dans la Gloire de son Père, mais… en Galilée ! Autrement dit, cette résurrection dans laquelle nous introduit notre baptême, ne nous dispense pas de vivre notre vie terrestre, avec toutes ses pesanteurs, ses souffrances, ses combats quotidiens.

De même que les disciples ont du faire le deuil de la restauration du grand Israël, de même, il nous faut accepter d’assumer notre mission de chrétiens au milieu de nos « Galilées », c'est-à-dire au cœur d’un monde qui aspire à une certaine spiritualité, mais qui peine à reconnaître Dieu.

Et c’est pourtant bien au sein de cette société qui idolâtre l’argent, le pouvoir et le nationalisme civil ou religieux que Jésus nous précède. C’est bien dans ce monde déchiré par la jalousie et la haine que Jésus nous appelle au service de la paix, de sa Paix. Il nous est si facile d’identifier les « bons » et les « méchants », ceux qui ont tort et ceux qui ont raison ! Pour notre Dieu, il n’y a que des « enfants chéris » et c’est sur nous qu’il compte pour témoigner de notre foi en la victoire définitive de l’Agneau.

En chaque homme, en chaque femme, toute l’histoire recommence. Mais nous osons le croire : en chacun d’entre nous, Christ a déjà vaincu la mort, déjà vaincu la haine. Christ est vraiment ressuscité, Alléluia !

Paul Bagarre