Imprimer 

2ème dimanche de Pâques 

Année C

AG PH 2013

 

A part Jean, dont la foi au Christ ressuscité semble avoir été immédiate (« Il vit et il crut » nous a rappelé l’Evangile de Pâques), pour les autres apôtres, il leur a fallu plus de temps pour bien comprendre, pour intégrer la résurrection, pour qu’elle éclaire, pour qu’elle oriente, pour qu’elle transforme véritablement leur vie.

Et cela nous rassure. Car pour la majorité d’entre nous, nous ressemblons d’avantage aux autres disciples qu’à Jean.

Le texte d’aujourd’hui est intéressant pour préciser un peu plus ce qu’est une démarche de foi. On y retrouve 3 dimensions qui sont essentielles :

- d’abord, la foi chrétienne est une rencontre personnelle avec Jésus-Christ ressuscité.

Quand les disciples disent à Thomas qu’ils ont vu le Seigneur, il reste incrédule, il n’est pas contre mais il veut faire la même expérience que les autres. Et c’est une rencontre forte qu’il souhaite, pas simplement voir, il veut toucher. Pour nous aussi, la rencontre du Christ est quelque chose de fort. Bien sur, nous ne l’avons pas touché avec nos  mains, mais nous avons tous fait l’expérience spirituelle d’une présence qui a éclairé nos vies et que nous prolongeons dans une relation qui se tisse au fils des jours et des années. Cette relation avec le Christ a des hauts et des bas, non du fait du Christ mais à cause de nous, de nos vies, des événements qui nous rapprochent ou nous éloignent.

Cette rencontre du Christ, nous pouvons la désirer ou non, l’accepter ou la refuser, mais elle ne dépend pas de nous, elle sera toujours un don.

C’est pour cela que nous devons respecter ceux et celles qui ne partagent pas notre foi et ne pas nous comporter avec suffisance et arrogance à cause d’un privilège qui nous a été donné. Eux aussi sont appelés à rencontrer le Christ, eux aussi ont en eux les promesses de la vie éternelle, en eux aussi l’Esprit est à l’œuvre.

Nous les chrétiens devons être attentifs et accueillants à tous les Thomas de nos communautés et de notre entourage. Ceux qui ont manqué un rendez-vous avec le Christ, ceux qui ont douté. Et nous-mêmes, ne sommes-nous pas parfois parmi les Thomas avec nos doutes et nos remises en cause...

- et cela m’amène à la 2ème dimension : la dimension communautaire et ecclésiale de la foi.

Thomas rencontre le Christ au milieu des disciples. C’est avec eux qu’il en parle et c’est au milieu d’eux qu’il dit sa foi : « mon Seigneur et mon Dieu ». Il ne dit pas : notre Seigneur et notre Dieu, il dit bien : mon Seigneur et mon Dieu, il y a bien une relation personnelle à Dieu. Mais son acte de foi est entendu par les autres, il est, on pourrait dire : avalisé, officialisé par la communauté des disciples. Et c’est au sein de cette communauté qu’il va en parler, qu’ils vont échanger et partager sur leurs expériences personnelles de la rencontre du Christ. La foi, pour personnelle qu’elle soit, ne peut être individuelle et isolée. Elle est par nature ecclésiale. Ce texte de l’Evangile annonce le passage du temps du Christ à celui de l’Eglise. « Bienheureux, ceux qui croient sans avoir vu » dit Jésus. Et désormais, ce sera le lot de tous les croyants, qui n’auront plus l’occasion de côtoyer le Ressuscité. La foi repose désormais non sur la vue, mais sur le témoignage de ceux qui ont vu. C’est bien l’Eglise qui commence et c’est cette Eglise qui est dépositaire de la foi des apôtres et qui doit témoigner du Ressuscité.

- et voilà la 3ème dimension : la mission.

« Comme mon Père m’a envoyé, mai aussi je vous envoie »dit Jésus à ses disciples. Il a commencé par leur dire : « La paix soit avec vous ». Et dès qu’ils sont rassurés, c’est l’envoi : allez dehors au milieu du monde. C’est chaque fois la même chose avec le Christ, quand il donne, il dit qu’il faut partager. Cela a la même signification que le rendez-vous fixé en Galilée. Les chrétiens ne peuvent pas s’enfermer sur eux-mêmes et s’accaparer le Christ pour eux seuls. L’Eglise du Christ ne peut être qu’ouverte et en état de mission.

Sur les traces de Marie Poussepain, ou dans la communauté chrétienne des policiers de France, que nous progressions nous aussi dans notre foi, comme les disciples,  avec ces 3 dimensions indissociables qu’il nous faut tenir dans nos vies:

la rencontre personnelle avec le Christ ressuscité,

le partage de la foi en Eglise, 

et la mission comme témoins du Vivant.